Accueil / Art / Photographie / Jill Greenberg ou l’art de faire pleurer les enfants

Jill Greenberg ou l’art de faire pleurer les enfants

Jill Greenberg

Si nos enfants savaient le monde que l’on leur léguait, voici le sujet de cette exposition photo pas ordinaire! A travers l’exposition de Jill Greenberg ‘End Times’ (La fin des temps), cette photographe américaine aborde un sujet qui nous tient tous à coeur: le développement durable sans l’exprimer ouvertement.

On ne pourra pas rester insensible devant ces photos d’enfants qui pleurent, crient, exprimant différents degrés de souffrance et de frustration. En tout cas, la controverse née autour de cette exposition a le mérite d’aborder un sujet essentiel: “Quel monde voulons nous léguer à nos enfants?”

Selon le Los Angeles Times […] “il y a quelque chose d’instinctif qui fait que vous avez envie de protéger les enfants, mais les gens prennent ces images au pied de la lettre, comme s’il était vraiment arrivé des choses affreuses à ces enfants.” De plus, explique-t-elle, les photographies ont été retouchées afin de donner aux visages un air encore plus bouleversé. Selon la photographe, “c’est la preuve de la force de l’image immobile”. […]

 

La photographe explique au quotidien américain que “ce travail dépeint les sentiments que ressentiraient les enfants s’ils connaissaient l’état du monde qu’on leur lègue”. Greenberg exprime par l’intermédiaire de ces enfants toute la frustration qu’elle ressent vis-à-vis du gouvernement américain actuel et des temps modernes en général, commente le journal.

La controverse semble plutot s’orienter sur la manière dont les photos ont été prises et non pas sur les messages que l’artiste a voulu faire passer. En effet, certaines personnes se sont offusquées que la photographe ait fait pleurer des enfants pour réaliser ses clichés.

 

Greenberg explique […], dans les colonnes du journal australien Sydney Morning Herald, qu’elle a passé seulement quelques minutes à photographier ses modèles, alors que des producteurs embauchent des enfants pour faire semblant de pleurer dans des films dont le tournage peut durer des mois. “Je pense que, si les gens ont un problème avec ce que j’ai fait, ils devraient également en avoir un avec l’utilisation des enfants dans tous les autres médias.”

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *