Accueil / Géographie / Sillon Alpin

Sillon Alpin

Vaste dépression longitudinale, le Sillon alpin se situe dans les Alpes du Nord à l’endroit même qui sépare les Préalpes des principaux massifs centraux de la chaîne alpine.

Naissance du Sillon Alpin

Né à l’ère tertiaire (voir géologie), le Sillon alpin est le résultat de l’émergence des sédiments de l’ère secondaire et des plissements alpins de l’éocène et du miocène. Il forme une avenue majestueuse de 90 km de long sur une largeur moyenne de 5 km ; celle-ci donne accès aux vallées et aux cluses (reliefs positionnés perpendiculairement à des formes géologiques en structure plissée) transversales, facilitant les communications. Du nord au sud, le Sillon alpin s’étire de Sallanches (807 m), en Haute-Savoie, à Grenoble (210 m et principal foyer urbain de la région), incluant successivement le val d’Arly, Albertville et la Combe de Savoie, le Grésivaudan et le bas Drac, puis le couloir se relève en un ensemble de plateaux qui monte vers les cols du sud et la dépression de la moyenne Durance dans les Hautes-Alpes.

Le Sillon alpin, en raison de son altitude, comprise entre 200 et 1 100 m ne constitue pas une plaine parfaite, puisqu’elle est en effet fréquemment interrompue par des banquettes alluviales et des cônes de déjection. Toutefois, les roches tendres, les schistes qui le composent, un réseau hydrographique excellent — l’Arly, l’Isère et le Drac —, ainsi qu’un climat privilégié (des hivers modérés et des étés chauds), lui confèrent les caractères d’une plaine. Ces atouts expliquent le dynamisme de l’activité économique dans cette région des Alpes.

Recherche - Image -massif alpes francais -