Accueil / Art Du Voyage / Tourisme / Ville de Bonifacio

Ville de Bonifacio

La région de Bonifacio, face aux Lavezzi, est le lieu d’importants projets touristiques centrés autour de la voile ou du golf, sans oublier un festival international renommé de musiques méditerranéennes (septembre).

Visite de bonifacio

Outre la beauté naturelle des lieux et l’exceptionnel emplacement de son port, Bonifacio bénéficie d’un autre atout: la proximité de la Sardaigne. L’amélioration tant qualitative que quantitative des liaisons avec l’île voisine renforce le poids de Bonifacio dans les échanges corso-sardes. Plus de 150 000 passagers utilisent le seul point de passage entre les deux îles. Dans leur grande majorité, il s’agit de Sardes se rendant en Corse ou bien souvent en Italie et transitant par la Corse. Les 400 postes de plaisance de Bonifacio renforcent sa vocation de ville de communication.

Histoire de Bonifacio

Des témoins muets, silex, pointes de flèches, fragments de haches taillées dans le quartz, la serpentine ou l’obsidienne, datant de l’âge de la pierre polie, confirment la présence très ancienne de l’homme sur le territoire de Bonifacio. Un squelette humain de la même époque a été trouvé dans un abri-sous-roche situé sur le vieux chemin de Sartène.

La présence humaine sur le plateau calcaire de Bonifacio, si curieux du point de vue géologique et constituant l’extrême sud de la Corse, note le Guide de Bonifacio, semble remonter au VIIe millénaire avant Jésus-Christ. […]

Il est certain que, dès le VIe siècle avant Jésus-Christ, les Grecs d’Asie Mineure vinrent y commercer, qu’au IIIe siècle avant notre ère, les Romains fondèrent, à quelques kilomètres au nord-est de l’actuel Bonifacio, la petite cité de Palla, terminus de la modeste voie romaine traversant la plaine orientale, et occupèrent militairement, à une date indéterminée, le plateau qui domine à l’est la ville actuelle.

Bonifacio-corse
Bonifacio-corse

Repaire de pirates, précédemment nommée Giola, Bonifacio doit son nom actuel, d’après la tradition, à Boniface II, marquis de Toscane qui, en 828, s’y arrêta au retour d’une expédition contre les Sarrasins d’Afrique. Il en prit possession pour le compte de Louis le Débonnaire et y fit élever en 833 un puissant château, le Torrione. À l’endroit le plus haut, fut construit un cantonnement rectangulaire en pierre avec une tour, le tout constituant un poste d’observation, un refuge et un point d’appui. Au pied de cet ensemble et sous sa protection, s’installa peu à peu une population composée surtout de gens de mer et de marchands utilisant comme port l’anse de Carotola.

En 1768, les Français qui, par quatre fois de 1738 à 1768, étaient intervenus pour consolider la position de Gênes en Corse, prirent possession de l’île en vertu du traité de Versailles. Les Bonifaciens se soumirent, non sans grogner, au «fait du Prince». Leur cité perdit petit à petit de son importance, et on oublia le temps où elle était une des forteresses les plus renommées de la Méditerranée.

Recherche - Image -ville de corse - villes de corse - carte afrique villes - iles de lavezzi - plan bonifacio - ville bonifacio -