Audrey Kawasaki

audrey-kawasaki

Audrey Chihiro Kawasak,, originaire du Japon, est une jeune artiste américaine de 24 ans à la réputation grandissante dans le monde des Arts Visuels underground de Los Angeles. Une rencontre en l’Art Nouveau et l’univers su Manga.

audrey kawasaki
audrey kawasaki

Art Captivant de Audrey Kawasaki

Ses thèmes mêlent innocence et érotisme au travers de figures féminines au regard séduisant et mélancolique.

Troublées d’une sensualité langoureuse ces jeunes filles mystérieuses, insaisissables et fuyantes captivent, sans jamais entrer dans la vulgarité, et peuvent émouvoir le spectateur.

Audrey crée un thème populaire composé de filles alléchantes, de squelettes d’animal et un minimum de faune et de flore. L’artiste fait ainsi figure montante du Néo Pop Art japonais. Je rapprocherais également son travail au mouvement Superflat, mouvement post-moderne japonais fondé par l’artiste Takashi Murakami fortement inspiré du manga et de l’anime.

Takashi Murakami
Takashi Murakami

Mais en plus d’être captivantes, les peintures de Audrey Kawasaki ont la particularité de prendre vie sur du bois. Ce support lui permet en effet d’exprimer pleinement , par l’utilisation de couleurs opaques, pastelles et onctueuses – un peu à la manière d’un Yoshitomo Nara – et de ses traits fins et assurés qui font la particularité de son art, à la fois la candeur et la sensualité de ses personnages. Ses touches à peines feutrées de certains passages de couleurs et leur transparence qui laisse apparaître la texture du bois apportent de surcroît une petite touche de poésie très agréable à l’oeil.

Deep Waters
Deep Waters

Chacune de ses œuvres est un exemple de finesse et de suggestion. Cette esthétique évanescente inspirée des années 70 commune à tous ces tableaux fait notamment penser à celle de David Hamilton. La précision des lignes et des traits de ses portraits me rappellent également les célèbres peintures de Klimt. On retrouve ainsi quelque chose d’Art Nouveau dans ses arabesques de second plan mais également dans les silhouettes longilignes et éthérées de ses muses adolescentes. A mi-chemin entre conte de fée et porno chic, on ne peut s’empêcher de penser au film de Sofia Coppola « Virgin Suicides » à l’univers similaire ésotérique et énigmatique où la dérive hypnotique attend à tout moment chacun des protagonistes

Audrey Kawasaki - You Come First
Audrey Kawasaki – You Come First
Recherche - Image -graphisme -

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.