Accueil / Art Du Voyage / Les îles Australes – Polynésie française

Les îles Australes – Polynésie française

Iles Australes - Polynésie

Nous vous convions aujourd’hui aux confins de la Polynésie, dans des îles Australes lointaines, tant par leur éloignement physique, que par leur isolement géographique et leur culture caractéristique.

Vacances sur les îles Australes de Polynésie

L’archipel des Australes est le plus septentrional de la Polynésie française. Sur plus de 1 300 Km, les 7 îles de cet archipel s’étirent, formant un arc de cercle. Si toutes sont espacées entre elles d’environ 150 Km à 200 Km, Rapa, la plus lointaine, se trouve à plus de 500 Km de toute terre habitée.

Seulement 5 îles des Australes sont habitées : Rimatara, Rurutu, Tubuai, Raivavae et Rapa. Près de 6 500 habitants y vivent, tranquillement, loin des distractions citadines de la capitale Papeete. Il fait bon vivre aux Australes. Sous un climat un peu plus frais que celui de Tahiti, les habitants accueillent les touristes avec le sourire dans des pensions de familles à l’ambiance chaleureuse et conviviale.  Pour vous rendre dans cet archipel. Au départ de Tahiti, plusieurs vols hebdomadaires vous permettent de gagner Raivavae, Rurutu et Tubuai. Sur place, un vol par semaine permet se déplacer entre les trois îles. Seule la liaison Rurutu – Raivavae n’est pas proposée.

Les îles principales des Australes sont :

Tubuai, centre administratif et économique des Australes, c’est aussi l’île la plus peuplée et la plus vaste de l’archipel. Son lagon poissonneux offre aux amateurs de très belles plongées et les plus courageux découvriront de magnifiques vues du haut de ses montagnes (422 m).

Rurutu, est une île troglodyte unique en Polynésie par sa configuration géologique. Dépourvue de lagon et bordée de falaises, l’île est truffée de grottes calcaires riches en stalagmites et stalactites à découvrir. C’est une île à parcourir en suivant les sentiers qui cheminent à travers la montagne pour offrir aux randonneurs les spectacles grandioses de panoramas sur l’ensemble de l’île.

Raivavae, est un petit paradis préservé. La tranquillité règne sur cette île qui possède un paysage de toute beauté. Le Mont Hiro (437 m) domine l’intérieur de l’île protégée par une barrière de corail et bordée par une immense falaise sur toute sa côte nord.

Pour le reste ? Quelques indices ?  Températures fraîches … Ou « grenier » de la Polynésie … Ou encore chapeau et tifaifai ? Oui, c’est bien à la découverte des iles Australes que vous partez !

A 600 km au sud de Tahiti, l’archipel des îles Australes offrent un climat plus frais, plus propice a une tradition agraire. Les fruits et légumes y poussent à profusion, occasionnant plusieurs récoltes dans l’année et les caféiers s’épanouissent sur les flancs des montagnes et produisent un café torréfié localement de grande qualité.

L’unique fromager de Polynésie vous permettra de découvrir un surprenant fromage de chèvre au miri (le basilic local). Outre des produits agricoles fortement appréciés, les îles Australes sont également fameuses pour leur artisanat traditionnel : chapeaux et peue sont incontournables. Et que dire des somptueux tifaifai (patchworks cousus main), véritables chefs-d’oeuvre de patience !

L’archipel de ces îles de Polynésie française est surprenant ! Les falaises succèdent aux plages de sable blanc, les grottes surplombent des criques paradisiaques. Bref, la nature omniprésente inspire calme et harmonie. Et de juin à octobre, on peut même admirer, de la côte, la ronde majestueuse des baleines à bosse

Des îles polynésiennes étonnantes.

Des coutumes ancestrales telles la visite des maisons (le 1er janvier), le « Tere » (tour de rile) ou le « Me » (au mois de mai) se perpétuent, pour la plus grandes joies des îliens et celle des quelques visiteurs, encore très rares. Les Australes sont des îles idylliques s’il en est, et encore préservées… Loin de l’agitation citadine de Papeete, l’archipel des Australes est une destination à ne pas manquer.

Pour vous permettre de les découvrir, Air Tahiti assure des liaisons avec les îles Australes 5 à 6 fois par semaine et offre parfois en début d’année, une réduction tarifaire pour les trajets aller-retour effectués entre Tahiti et les îles. C’est ainsi que la compagnie a mis en place de nouvelles relations (vol Bora Bora / Tikehau) et des vols plus nombreux pour certaines destinations (notamment Fakarava).

Il est difficile de parler d’archipel lorsqu’on voyage sur les îles Australes, bien que le terme ait été consacré par l’usage, à propos des six petites îles – dont un atoll, Maria, à l’ouest – qui s’égrènent entre 575 et 1 275 km au sud de Papeete, de 21 à 28° S sur les longitudes qui, exception faite de Rapa, sont celles des îles de la Société. Les plus groupées sont en effet séparées d’au moins 200 km et il y a 850 km entre Rapa, au sud-est, et la première de ces îles, Raivavae. Rapa est aussi éloignée de Maria que de Papeete.

Iles Astrales - Polynésie
Iles Australes – Polynésie

Archipel des Australes

Cette dispersion est celle de terres minuscules. En effet, la superficie de l’ensemble des terres émergées (145,2 km2) n’est guère supérieure à celle de l’île de Moorea.

Tubuai, 45 km2, siège du chef-lieu de la Subdivision, Mataura, est la plus vaste de ces îles Australes. Viennent ensuite Rapa (40,5 km2), Rurutu (32,3 km2), Raivavae (17,9 km2) et Rimatara (8,6 km2). Les quatre motu de Maria ne couvrent pas un kilomètre carré. Ils sont répartis entre les communes de Rurutu et de Rimatara et les cinq communes correspondant aux cinq îles habitées comprennent 12 communes associées.

Si l’on excepte Rapa, très montagneuse, dont le tracé côtier rappelle les Marquises, et qui atteint 650 mètres, et Raivavae également élevée pour son étendue (437 m au Mont Hiro, pour moins de 18 km2), ces îles présentent des reliefs modérés :

  • Tubuai culmine à 422 m (Taitaa)
  • Rurutu à 389 m (Taatioe)
  • Rimatara n’atteint pas 100 m (Uahu)

Certaines juxtaposent à leurs sommets volcaniques des restes côtiers de récifs soulevés d’une ampleur remarquable. Rurutu et Rimatara, à l’ouest, n’ont qu’un récif frangeant. Seules Tubuai et Raivavae possèdent un lagon.

Les Australes sont des îles sévères :

Battues souvent par les houles des grands vents d’Ouest, atteintes parfois par les perturbations des hautes latitudes (F. Doumenge – 1966)

Cette nuance océanique, qui lui vaut la mélancolie fréquente de cieux plus bretons que polynésiens, renforce la personnalité affirmée d’un archipel protestant où une population active a hérité d’une occupation ancienne dont les importants vestiges se voient à Rurutu et surtout à Rapa (à ne pas confondre avec Rapa Nui, l’île de Pâques ou la « grande Rapa »). De mystérieuses fortifications matérialisent dans cette île l’ultime avancée de l’épopée des argonautes du Pacifique.

Les Australes ont été révélées au reste du monde entre 1769 et 1824 :

  • Rurutu et Tubuai par Cook (1769 et 1777)
  • Raivavae par Gayangos, second de l’Espagnol Boenechea (1775)
  • Rapa par l’Anglais Vancouver (1791)
  • Les îlots inhabités de Marotiri, au sud-est de Rapa, par Bass, commerçant de Sydney dont ils portent encore parfois le nom (1800).
  • Rimatara sera découverte en 1811, par le capitaine d’une goélette de Tahiti
  • Maria en 1824, par l’équipage d’un baleinier américain qui lui donnera ce nom.
Une Baleine en Polynésie
Une Baleine en Polynésie et son baleineau

Les Baleines des îles australes

Au moment où les spectacles du Heiva vont débuter, les baleines de Polynésie sont de retour chaque année à la fin du mois de juin. Bonitiers et poti marara apportent la nouvelle, bientôt relayés par les surfeurs et les plaisanciers.

Comme ailleurs les hirondelles annoncent le printemps, les baleines rythment le cours des saisons en Polynésie. Jusqu’à la fin novembre, elles restent à flâner autour des îles des Australes, aux Iles du Vent et sous le Vent, aux Tuamotu et même aux Marquises. Plus ou moins médiatisées selon les endroits, admirées par des milliers de curieux, elles hivernent en Polynésie française, venant dans les eaux chaudes pour donner le jour aux petits et préparer de nouvelles naissances.

Chaque Polynésien se sent un peu honoré que son île soit choisie pour ces événements. La fascination que ces baleines exercent est due à leur taille impressionnante, à la majesté et à l’aisance de leurs déplacements, à la beauté de leurs grandes ailes blanches, à la grâce de leurs nageoires lorsqu’elles glissent vers les profondeurs et à la puissance des sauts qu’elles exécutent parfois complètement hors de l’eau, projetant une immense gerbe d’écume.

Les marins ne sont pas seuls à profiter du spectacle des baleines à bosse, puisque depuis la côte même, on aperçoit avec émerveillement les jeux de ces créatures qui semblent se complaire à si peu de distance des îles Australes ou celles des Marquises, parfois même dans le lagon.

En mer, il arrive que le chant nuptial des mâles soit si puissant qu’on l’entende depuis la surface. On comprend alors pourquoi les hommes ont toujours rêvé du chant des sirènes.

Aussi est-on toujours un peu triste lorsque d’ultimes nageoires caudales disparaissent aux pointes méridionales des îles, début décembre: une maman-baleine, accompagnée d’un minuscule baleineau, s’élance vers le grand Sud, peut-être encore surveillée par quelques mâles à l’affût d’un accouplement.

Iles Australes - Carte
Iles Australes – Carte
Recherche - Image -ile vancouver carte - iles australes - les iles de la polynésie française - les iles tahiti -