Accueil / Art de l'espace / Architecture / La tour de Pise

La tour de Pise

Troisième bâtiment le plus ancien, la Tour de Pise se trouve sur la Piazza del Duomo (place de la cathédrale), le deuxième bâtiment étant, la cathédrale et le baptistère le premier construit.

Histoire de la ville de Pise

L’ensemble de la place des miracles, à Pise, est composé de quatre éléments architecturaux, dont deux, au moins, méritent une attention toute particulière :

  • Le Camposanto (« champ saint»)
  • Le fameux campanile

Jusqu’au XIVe siècle, la ville de Pise n’était pas la cité, un peu endormie, que nous connaissons. En tant que ville portuaire, elle faisait même partie des cités les plus dynamiques de la péninsule italienne. A l’instar de Venise ou de Gênes, elle contribue au transport des soldats vers la Terre sainte. Particulièrement pieux, les marins pisans, qui reviennent de Palestine, ont l’idée de ramener un peu de la terre que le christ a foulée. Cette terre, entreposée dans un rectangle bien délimité, acquiert bientôt la réputation d’être miraculeuse.

En effet, les cadavres enterrés à cet endroit auraient été consumés en trois jours. Dans un contexte historique où l’on craint la lente décomposition du corps, les vertus de cette terre sont une chance inespérée. Aussi, la population décide t-elle de fournir à ce « champ saint », un écrin digne de lui. En 1277, les Pisans construisent autour de ce champ une galerie d’arcades gothiques, d’un marbre immaculé. Les parois intérieures de l’ensemble sont décorées de fresques, réalisées par des artistes pisans mais aussi venus de l’Italie toute entière, comme Benozzo Gozzoli.

Les vertus de cette terre s’étaient sans doute quelque peu dissipées dans le temps car, le 27 juillet 1944, une bombe destinée à l’arsenal réduisit à néant l’édifice du Camposanto. Aujourd’hui reconstruit à l’identique, les fresques sont, quant à elles, réduites à l’état de ruines.

Tour de Pise
Tour de Pise

Architecture de la tour de Pise

L’autre monument phare de Pise, celui qui retient le plus l’attention du public au point d’en devenir le symbole de la ville, est le Campanile. Equivalent aux clochers de l’Europe septentrionale, il présente la particularité d’être détaché de la cathédrale. Sa forme circulaire rappelle celle du baptistère situé sur le même site (d’où le terme de « Tour de Pise« . Construit à partir de 1173, il est, à l’instar des autres bâtiments de la place, recouvert de plaques de marbre blanc entre lesquelles alternent des pierres plus foncées. Sa façade porte, comme celle de sa cathédrale, un décor d’arcades aveugles ou aménagées en galeries.

La Tour de Pise, connu comme Torre Pendente di Pisa en italien, est différente de l’architecture médiévale. Des techniques de construction très avancées ont été utilisés. Il est important de noter à quel point la conception de cette tour est importante. En effet, utilisant de nombreuses colonnes et arches, cette tour représente une compréhension approfondie du poids et des charge, montrant les connaissances des architectes italiennes. Malheureusement, l’architecte en charge de la construction de la tour de Pise ne semble, cependant, pas avoir tenu compte du sol argileux sur lequel était posée la base de la Tour !

La construction de la Tour de Pise a commencé le 9 Août, 1173. Conçu à l’origine pour être un clocher, Mais ce qui retient le plus l’attention du visiteur c’est l’inclinaison de cette tour. Au lieu de s’élever perpendiculairement au solcampanile, la tour s’élève en formant un angle de 84,70° avec la surface. Ainsi, la balustrade du côté sud s’élève à 55,65 m du sol tandis que, du côté nord, elle regarde la pelouse à 54,80m.

Cette particularité s’est en fait rapidement révélée, en 1174, alors que la tour atteignait son troisième étage, elle commençait déjà à s’incliner. L’architecte, Bonanno de Pise, entreprit alors de consolider le sol – formé de sables et d’autres alluvions, donc instable- autour de la tour. Ces travaux permirent de mener à bien le chantier, mais la tour continua à s’incliner, lentement mais sûrement.

En 1964, en raison de son importance pour le tourisme de Pise, une équipe d’ingénieurs et historiens se réunissent pour discuter du problème. Comme mesure temporaire, un contrepoids de plomb (800 tonnes) a été installé. En 1990, une étude montra que la tour s’inclinait de plus en plus vite, elle concluait aussi que, si son inclinaison atteignait les 5,56° avec le sol, le campanile risquait de s’effondrer. Des travaux furent donc entrepris : on coula du béton sous son socle afin de lui assurer sa stabilité pour les 1000 ans à venir.

En 1987, la Tour de Pise a été déclaré site du patrimoine mondial de l’Unesco, avec l’ensemble de la Piazza del Duomo

Piazza dei Miracoli ou la place des miracles - Pise
Piazza dei Miracoli ou la place des miracles – Pise

Visiter les autre Monuments à Pise

Deux autres bâtiments, s’ils attirent moins l’œil du visiteur, sont pourtant les plus anciens. La cathédrale, dont la construction débuta en 1064, est bâtie en forme de croix et couverte d’un dôme. Sa façade, recouverte de plaques de marbre blanc, joue sur la polychromie, comme beaucoup d’édifices médiévaux italiens.

Italie voyage

Des arches aveugles, placées dans la partie inférieure de l’édifice, forment quatre galeries. Dans l’axe de la nef, à quelques mètres de la façade, se trouve le baptistère, surmonté d’un dôme. Bâtit sur un plan circulaire, il suit en cela la particularité des églises italiennes : les chrétiens de l’époque étaient baptisés dans un sanctuaire à part, dédié à saint Jean-Baptiste

Cathédrale de Pise
Cathédrale Notre-Dame de l’Assomption de Pise – Piazza Del Duomo

 

Recherche - Image -tour de pise - La tour de pisse - ou est situe la tour de pise - pise plan - plan pise -

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *