Accueil / Actualités / Camille Mortenol
Camille Mortenol
Camille Mortenol

Camille Mortenol

Le capitaine de vaisseau Camille Mortenol fut sans doute l’un des plus brillant officier noir de la Marine française.

Histoire du capitaine Mortenol

Le capitaine de vaisseau Camille Mortenol Né à Pointe-à-Pitre le 29 Novembre 1859, il fut d’abord l’élève des frères Ploërmel, puis entra au collège diocésain de Basse-Terre où il se distingua par d’exceptionnelles dispositions pour les mathématiques. Ayant obtenu une bourse, il alla poursuivre ses études secondaires au lycée de Bordeaux. Le baccalauréat acquis, il prépara le concours d’entrée à l’Ecole Navale où il fut admis. C’est à cette époque que devrait se situer l’anecdote célèbre, mais peut-être légendaire, de sa rencontre avec le Maréchal Mac-Mahon, Président de la République.

Celui-ci faisait à l’Ecole une visite officielle et avait été informé de la présence d’un étonnant élève noir de la Guadeloupe, aux brillantes dispositions. Aux cours de la revue, lorsque le maréchal arriva devant Mortenol qu’il était impossible de ne pas reconnaître, il lui tapa amicalement sur l’épaule et il s’écria :

Ah! c’est vous le nègre ?…Très bien, mon ami très bien! Continuez!

Certains auteurs ont situé cet épisode à l’Ecole Polytechnique, mais il est peu probable qu’il ait pu y avoir lieu. Le maréchal Mac-mahon, en effet, abandonna la présidence de la République en 1879, et c’est en octobre 1880 que Camille Mortenol entrait avec le numéro 8 à l’Ecole Polytechnique. A sa sortie, en 1882, il s’engagea dans la Marine nationale et fit partie en 1894 du corps expéditionnaire de Madagascar. Sa belle conduite y fut récompensée par la croix de la Légion d’Honneur, et c’est dans le grande île qu’il rencontra le Général Gallieni dont il mérita la sympathie et l’estime. Par la suite, Mortenol participa à d’autres campagnes, notamment l’expédition de l’Ogooué (Afrique équatoriale) et fut fait Officier de la Légion d’Honneur le 12 juillet 1911.

mortenol-capitaine de vaisseau
mortenol-capitaine de vaisseau

Lorsque éclata la guerre de 1914, il avait le grade de capitaine de Combats  et comptait trente quatre ans de services, dont vingt-six en mer. En 1915, le général Gallieni, gouverneur militaire de Paris, qui n’avait pas oublié les mérites de Camille Mortenol, l’appela à la direction du service d’aviation du camp retranché de Paris, avec la mission de défendre la capitale contre les attaques de l’aviation ennemie. Mortenol remplit sa tâche avec compétence et une autorité qui lui valurent la cravate de commandeur de la Légion d’Honneur et la citation suivante :

Officier supérieur du plus grand mérite, à son poste jour et nuit pour veiller sur Paris, assure ses fonctions avec un rare dévouement et une compétence éclairée.

Entré par sa carrière dans l’un des milieux les plus fermés, c’est un miracle qu’il pût atteindre, malgré un épiderme noir qui ne bénéficiait pas encore à l’époque du préjugé favorable, les degrés de la hiérarchie où il parvint à se hausser. C’est que nanti des plus belles qualités du cœur et de l’esprit, modeste et réservé, il savait se faire apprécier des chefs qui le rencontraient. Ainsi à l’occasion d’une réception dans un port étranger alors qu’il commandait en second le navire qui visitait ce port, les autorités locales ne l’avaient pas invité avec les autres membres de l’état-major. Le commandant s’en rendit compte au moment de débarquer, et, prétextant un malaise, il appela Mortenol et le chargea d’aller le représenter à la tête de la délégation.

C’est un héros de guerre guadeloupéen dont le souvenir est resté marqué, sinon dans la mémoire du peuple français parfois oublieux de ses grands hommes du moins dans celui des Antillais.

On commémore chaque année le souvenir de Camille MORTENOL dont une statue à été érigée récemment sur les quais à Pointe-à-Pître.

Recherche - Image -carte circuit guadeloupe - photos guadeloupe -

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *