Accueil / Art Du Voyage / Tourisme / Saint Pierre de Rome

Saint Pierre de Rome

Saint Pierre de Rome

Située dans la capitale italienne, Saint Pierre de Rome est une basilique pontificale (ou Basilique vaticane) : la plus vaste de la chrétienté.

La Basilique Saint-Pierre de Rome, construite à partir de l’an 1452 et achevée en l’an 1633, est située au coeur du Vatican. Elle possède une superficie de 15 160 m²

basilique-saint-pierre
basilique-saint-pierre

La Basilique Saint Pierre

Initialement, Saint Pierre de Rome est une Basilique (ou cathédrale) à cinq nefs élevée sur le tombeau de l’apôtre Pierre. Sa construction s’est déroulée durant le règne de Constantin le Grand et a duré quinze ans (315-350). Deuxième grand édifice romain après la basilique du Latran, l’ancienne Saint-Pierre fait partie des grandes églises à caractère unique, qui rassemblent sur un même axe une suite d’espaces divers – atrium, narthex, vaisseau, transept, sanctuaire – formant une unité d’ensemble.

Elle a ensuite été remplacée par un édifice qui présente un plan central avec quatre travées en croix grecque, une coupole au centre et quatre angles surmontés de petites coupoles.

Les travaux ont été confiés par Jules II à Bramante en 1506. A la mort de l’artiste, Léon X demande à Raphaël de prendre sa place. Ce dernier est partisan du plan en croix latine.
L’exécution définitive des travaux pour la coupole a lieu sous la direction de Michel-Ange à partir de 1547 ; c’est la croix latine qui est finalement choisie. Le Bernin participe, avec d’autres artistes, à la décoration intérieure, mais c’est lui qui laisse le plus sa marque, avec notamment le baldaquin baroque aux colonnes torses. La pietà de Michel-Ange est également une des sculptures majeures du monument.

La basilique Saint-Pierre de Rome est l’église la plus connue et la plus imposante de la chrétienté. Elle est dédiée à la mémoire de l’apôtre Pierre qui fut, selon la tradition, le premier évêque de Rome, et dont chaque pape revendique l’héritage. C’est sous le pape Paul V (1605-1621) que l’église fut achevée par Carlo Maderna qui élargit vers l’Est la partie centrale de l’édifice par une nef et conçut ensuite la Façade.

architecture-basilique-saint-pierre
architecture-basilique-saint-pierre

Architecture de Saint Pierre

La coupole de la basilique Saint-Pierre est, avec un diamètre de 42,3 m et une hauteur de 119 m, la plus grande coupole qui ait jamais été construite. La coupole débouche sur une lanterne qui est elle aussi dotée de seize fenêtre.

La coupole de Michel-Ange, qui couronne la tombe de Saint-Pierre, est portée par quatre piliers à cinq côtés ayant chacun un diamètre de 24 mètres. Elle repose sur un tambour de seize fenêtre qui correspondent aux seize branche de la coupole.

La façade se conclut par une grande attique (en architecture étage supérieur de moindres dimensions placé au sommet d’une maison) au-dessus de laquelle on trouve des fenêtres qui adoptent un rythme similaires aux ouvertures des niveaux inférieurs. La fenêtre du milieu, située au-dessus de l’attique, est la loggia de la bénédiction.

La façade baroque constituée de colonnes et de chapiteaux corinthiens fut édifiée après que la nef a été élargie de 50 mètres environ, au début du XVII ème siècle. Depuis cette époque, soixante mille personnes peuvent se rassembler dans l’église.

La large place en forme d’ellipse est un ovale en biais ouvert sur sa longueur et dont les petits côtés sont clos par des colonnades de 17 mètres de large. La place Sainte-Pierre a une longueur totale de 340 mètres et une largeur de 240 mètres.

L’obélisque de Granite situé au centre de la place St-Pierre pèse 322 tonnes et mesure 25,5 mètres de haut. Il ne porte aucune inscription. L’empereur Caligula le fit transporter d’Héliopolis à Rome en 39 après J-C et le fit dresser dans son cirque. C’est seulement au XVI ème siècles qu’il fut amené à l’endroit où il se trouve actuellement. L’obélisque de Saint Pierre repose sur le dos de 4 lions de bronze.

Au Moyen Age, on prétendait que les cendres de Jules César étaient conservées au sommet de l’obélisque. Aujourd’hui, la sphère qui s’y trouve contient une relique de la Sainte-Croix. Le transfert de l’obélisque à Rome dura 4 mois (du 30 Avril au 10 Septembre 1586), et l’opération nécessita l’utilisation de 44 treuils, de 900 hommes et de 140 chars. Selon la légende, l’entreprise doit sa réussite à un ouvrier qui, alors que les cordes tendues menaçaient de rompre, cria « Mouillez les cordes ! », enfreignant par là l’ordre du pape qui avait exigé un silence absolu. Depuis ce jour, cet homme, ainsi que sa famille a eu le privilège d’apporter les rameaux destinés à la cérémonie du dimanche des Rameaux. Ses descendants remplissent jusqu’à aujourd’hui cette tâche de paix

Depuis le château Saint-Ange, on a un point de vue impressionnant sur la place et sur la basilique St-Pierre auxquelles mène la ‘Via della Conciliazione » (avenue de la Conciliation), qui fut aménagée en 1937 en raison de l’importance croissante du flux touristique.

Les collonades

Le pouvoir papal qui se manifeste dans l’édifice de la basilique Saint Pierre s’exprime aussi dans la réalisation de la place St-Pierre. Les colonnades du Bernin qui enveloppent la place de 340 m de long et de 240 m de large, englobent métaphoriquement la Terre entière. Le Bernin érige sur quatre rangs 284 colonnes et 88 piliers au total. C’est ainsi que naquirent des colonnades de 17 mètres de large, sur lesquelles on disposa 140 statues de saints.

* (Gian Lorenzo Bernini, dit « le Bernin », 1598-1680) Architecte, sculpteur et décorateur italien, grand interprète de la spiritualité baroque, à laquelle il apporte son sens du mouvement et une grande maîtrise des effets de lumière. Il opère une union de l’architecture et de la sculpture et développe un art de la mise en scène. Ses oeuvres célèbres sont : l’Extase de sainte Thérèse, le Baldaquin de Saint-Pierre de Rome, Apollon et Daphné, la Coupole de San Andrea al Quirinale et la colonnade devant la basilique Saint-Pierre de Rome.

Coupole - Basilique St Pierre
Coupole – Basilique St Pierre

Coupole de la Basilique Saint-Pierre de Rome

Voûte semi-hémisphérique d’un dôme, souvent percée d’un oeil-de-boeuf à son zénith, la coupole est déjà utilisée à l’époque préhistorique (tombes à coupoles), dans la Rome ancienne (Panthéon), et surtout à la Renaissance (Saint-Pierre de Rome). Par ailleurs, beaucoup de Capitoles possèdent une coupole.

La coupole de Saint Pierre a été construite d’après les plans de Michel-Ange, achevée en 1593 par Giacomo Vignola (dit « le Vignole »), Giacomo della Porta et Domenico Fontana.

Le 18 avril 1506 est la date à laquelle est posée la première pierre d’un gigantesque projet de construction, dont le financement provient en majeure partie du commerce des indulgences. L’édification du centre spirituel de la chrétienté va ainsi directement contribuer à sa scission.
Les premiers plans étaient signés par Donato Bramante. Son projet prévoyait une composition centralisée sur un plan en croix grecque dont la coupole principale, environnée de quatre coupoles annexes, reposerait sur quatre appuis. Mais seule la zone quadripartite est réalisée lorsque Bramante meurt en 1514.

Ses successeurs Raphaël, Fra Giocondo, Giuliano da Sangallo, Baldassare Peruzzi et Antonio da Antonio da Sangallo l’Ancien ne mènent le projet que lentement à bien, de sorte que le pape Paul III fait appel à Michel-Ange en 1546 et lui confie la direction exclusive des travaux pour leur bon avancement. Le nouveau maître-d’oeuvre modifie sensiblement les plans de ses prédécesseurs et fait même enlever certaines parties déjà réalisées.

A sa mort, les travaux avaient déjà progressé jusqu’au tambour de la coupole. Le terme de tambour désigne, en architecture, le mur polygonal ou cylindrique qui supporte une coupole. Soubassement d’une coupole, le tambour est souvent percé d’ouvertures pour illuminer l’espace de la coupole.

Celle-ci est enfin achevée en 1593, avec de légères modifications des plans de Michel-Ange par ses successeurs Giacomo Vignola, Giacomo della Porta et Domenico Fontana.

Dans les parties extérieures, le tambour de la coupole se trouve accentué par la présence de seize paires de colonnes (Elément architectural, vertical, de section ronde, en bois, pierre ou métal, généralement utilisé comme support. La colonne classique comprend une base, un fût et un chapiteau) rangées entre les fenêtres en forme d’édicules. En architecture, le terme d’édicule désigne un élément architectonique qui entoure une niche, un portail, une fenêtre ou un tableau, et dont la forme reprend celle d’un fronton de temple antique. On trouve donc généralement un fronton triangulaire ou curviligne supporté par des colonnes ou des pilastres. Depuis la Renaissance, les édicules sont utilisés dans la représentation et l’encadrement de tombes ou de retables.

* En Latin « aedicula » (maisonnette, petit temple), l’édicule est un élément architectural de petite taille en forme de fronton de temple utilisé pour l’encadrement.

La structure supérieure est reprise par l’emploi de crossettes en deçà de la charpente et les nervures de la coupole. Ce motif nervuré joue de manière plastique avec les éléments du dôme de Florence (Toit hémisphérique, ou plus rarement ovoïde d’un édifice. Le Capitole est un bâtiment reconnaissable à son dôme), construit par Filippo Brunelleschi et se retrouve dans la réalisation de la lanterne.

Ancienne Basilique Saint Pierre de Rome
Ancienne Basilique Saint Pierre de Rome

L’Ancienne Basilique Saint Pierre

Eglise construite entre 324 et 349 à l’emplacement de l’actuelle basilique Saint- Pierre de Rome, à la demande de Constantin.

L’ancienne Saint Pierre de Rome est érigée comme la plus grande église chrétienne, et consacrée en 326. Elle constitue la seconde plus grande construction de Rome après la basilique Lateran et compte parmi les grandes églises formant une unité dans une suite axiale de différents espaces – Atrium, Narthex, longue nef et transept et sanctuaire.

La longue nef à cinq chapelles forme la pièce commune de la basilique. Les hommes sont placés côté évangélique (côté nord ou gauche de l’autel) et les femmes sont placées côté épître (côté sud ou droit de l’autel). Le transept occidental est réservé aux prêtres et aux diacres. Une abside disposée de manière axiale à l’arrière du transept termine l’espace de l’église.

La construction longitudinale orientée vers l’ouest avec transept continu est toujours reprise aux débuts du christianisme, notamment pour souligner le lien avec Rome. Sa forme en croix est adoptée dans toute la zone occidentale (Dôme de Fulda construction I : 744 ; construction II : 791-819). Le transept romain est inexistant dans les grandes basiliques des provinces orientales de l’Empire byzantin – la fonction lithurgique n’étant apparemment pas impérative.

L’ancienne basilique Saint-Pierre est démolie en 1506.

Italie voyage

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *