Bort les Orgues Village

Le village de Bort-les-Orgues, dont l’existence est attestée dès l’époque gauloise, ainsi que l’indique l’étymologie de son nom (Bo-Ritos, «le gué de la corneille»), se développa au Moyen Âge autour d’un prieuré bénédictin.

Histoire du village de Bort les Orgues

Dès le Xe siècle, la ville de Bort-les-Orgues fut une enceinte de remparts, démolis au XVIIIe siècle. Pendant les guerres de Religion, elle reçut une partie de l’armée protestante qui, après la défaite à Moncontour, remontait d’Argentat par la vallée de la Dordogne. Bort rend volontiers hommage à la mémoire de Jean-François Marmontel, né ici le 11 juillet 1723. L’écrivain, protégé de Voltaire, resta fidèle à son pays natal.

La longue tradition industrielle de Bort a été fortement éprouvée. Sabotiers, gantiers et chapeliers ont aujourd’hui disparu; les tanneries qui employaient jusqu’à cinq cents salariés ont fermé leurs portes en 1991. Cependant, la tradition du cuir est maintenue par la Maroquinerie qui fournit du travail à plus de deux cents personnes. La Manufacture corrézienne de vêtement mobilise un effectif comparable autour d’articles parfois prestigieux comme les blazers Lacoste.

Les «orgues»

Bort les Orgues est dominée par une falaise de 300 m qui se déploie sur une distance de 2 kilomètres en une succession de colonnes basaltiques de 80 à 100 m de hauteur. Géologiquement, ces formes proviennent d’une coulée volcanique très ancienne, datant d’il y a quinze millions d’années. Épanchées à l’origine dans une ample vallée (vraisemblablement depuis le puy de Bort, aujourd’hui à 2 km de la corniche, vers l’ouest; 859 m), elles ont été mises en valeur par l’érosion qui a dégagé les terrains environnants et permis une inversion du relief. Les célèbres prismes se sont formés par rétraction au cours du refroidissement de la roche phonolithique. Ces colonnes se sont délitées à leur tour sous l’effet de l’érosion et laissent parfois apparaître sur le flanc exposé au sud de curieuses grottes.

bort-les-orgues
bort-les-orgues

Le barrage de Bort-les-Orgues

Pièce maîtresse des cinq grands ouvrages hydro-électriques qui équipent la Dordogne (avec Marèges, l’Aigle, le Chastang et Argentat), ce barrage, le premier en partant de l’amont, retient près de 480 millions de m³ dans une retenue de plus de 1 000 ha qui s’étire sur 21 km. C’est la plus importante retenue de France après celle de Serre-Ponçon. L’ouvrage, de type poids-voûte, s’arc-boute sur les deux saillants d’un goulet rocheux de la gorge. À 119 m de haut, il développe une crête de 390 m.

L’aménagement de la Rhue cantalienne le complète. Sa productivité est de 325 millions de kWh. Déjà en construction en 1942, sa mise en eau date de 1951. En 1950, 1 500 ouvriers ont été mobilisés sur le site. Le chantier fut l’occasion de tester une nouvelle technique pour les 700 000 m³ de béton nécessaires. L’usine, spécialisée aujourd’hui dans la production d’électricité aux heures de pointe (325 kWh), irrigue le réseau inter-connecté d’EDF et n’a guère d’incidence sur le développement de l’industrie locale.

Recherche - Image -bort les orgues - carte bor les orgues - la corniche marseille - plan de bort les orgues -

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.