Accueil / Actualités / Deuxième république

Deuxième république

Deuxième république

Régime politique de la France, la deuxième république s’étend du 25 février 1848 au 2 décembre 1852. Elle eut Louis-Napoléon Bonaparte (futur Napoléon III) comme président.

La deuxième république : une république issue de la révolution

A l’issue des journées révolutionnaires de février 1848, en France, l’histoire est en marche avec la deuxième république. Un gouvernement provisoire est instauré pour faire face au vide politique provoqué par la démission de Louis-Philippe. Ce gouvernement, essentiellement composé de républicains modérés s’est aussi vu imposer quelques socialistes comme Louis Blanc. Il s’empresse de rétablir les libertés fondamentales, celles de la presse, il abolit l’esclavage et crée les ateliers nationaux pour donner du travail aux ouvriers. En avril, les élections organisées au suffrage universel masculin élisent une assemblée modérée qui se charge alors d’élaborer la nouvelle constitution.

En juin 1848, la suppression des ateliers nationaux entraîne, du 23 au 26, des soulèvements que le général Cavaignac nouvellement investi des pleins pouvoirs réprime sévèrement. La II ème république se voit alors privée de ses partisans initiaux, ceux-là même à qui elle doit son existence. La nouvelle constitution est promulguée en novembre et des élections présidentielles ont lieu le mois suivant. Elles voient la victoire de Louis Napoléon Bonaparte qui jouit du prestige de son oncle.

Le nouveau président de la république s’entoure des conservateurs qui l’ont soutenu, tel Falloux. Les élections législatives de mai 1849 donnent le parti de l’Ordre, rassemblant conservateurs et monarchistes, majoritaire. A partir de ce moment, le nouveau gouvernement s’applique à entraver les démocrates par une série de lois et d’édits. La loi Falloux donne le contrôle des école publiques au clergé, et la loi électorale exclu les classes populaires du suffrage universel.

République française
République française

La chute du régime

Sachant sa réelection rendue impossible par une assemblée qui ne souhaite que le rétablissement de la monarchie, Louis Napoléon Bonaparte entreprend des tournées dans les régions de France. Le peuple, qui ne se reconnaît pas dans la République qui l’a berné, se sent alors proche de ce Bonaparte qui laisse présager le retour de la grandeur de l’Empire. Le futur Napoléon III sait alors qu’il peut compter sur son soutien ou sur son indifférence lorsqu’il renverse le régime le 2 décembre 1851. L’Assemblée est dissoute, les opposants arrêtés, la voie est libre pour un nouvel empire qui sera proclamé un an plus tard après avoir reçu l’approbation du pays.